Changer mes prothèses mammaires | Chirurgie reconstructrice | Dr Cornil | Nice (06)

Changer mes prothèses mammaires

Les prothèses mammaires ont défrayé la chronique ces dernières années, à travers quelques scandales sanitaires dus à de mauvaises pratiques et à des fraudes.

Le point positif a été de rappeler à chaque patiente la nécessité, par principe de précaution, de surveiller ses anciennes prothèses mammaires, aux performances et à la longévité inférieures aux implants mammaires de dernière génération.

Le Dr Cornil vous aide à comprendre quand changer des prothèses mammaires.

Qu’est-ce qu’une prothèse mammaire ?

Le chirurgien spécialiste du sein a le choix entre différents types de prothèses pour une augmentation mammaire par implant sur-mesure.

Les prothèses mammaires en silicone de dernière génération présentent deux différences majeures par rapport à des prothèses plus anciennes :

  • l’enveloppe est constituée majoritairement d’une enveloppe lisse, souple et renforcée de silicone : elle est plus résistante à l’usure, avec une meilleure stabilité et moins de risque de réaction inflammatoire périphérique type coque fibreuse ;
  • le contenant est constitué d’un gel de silicone épais à mémoire de forme, qui ne coule pas et ne s’infiltre pas dans les tissus en cas de rupture traumatique de l’enveloppe.

Ces prothèses mammaires actuelles sont donc plus résistantes que les anciennes, avec une durée de vie augmentée et un rendu plus naturel, aussi bien au visuel qu’au toucher.

Dans quel cas changer ses implants mammaires ?

Changer des prothèses mammaires peut être un acte chirurgical envisagé dans deux grands types d’indications.

Dans les indications esthétiques, il s’agit d’un choix de la patiente qui souhaite modifier la forme de ses seins, pour gagner en galbe, en volume ou en naturel.

Il peut s’agir par exemple de remplacer des prothèses mammaires anciennes, type prothèses rondes, par des prothèses ergonomiques en forme de poire, qui reproduisent au mieux la forme des seins naturels. Ce changement de prothèses s’accompagne fréquemment d’une augmentation mammaire.

Dans les indications médicales, il s’agit de remplacer des prothèses mammaires, pour lesquelles la surveillance clinique et mammographique ont mis en évidence une altération, ou une réaction des tissus mous.

On estime que la plupart des prothèses d’ancienne génération s’usent avant 20 ans.

Ce changement de prothèses s’accompagne ou non d’un changement de volume, selon les volontés de la patiente. Il est possible de reprendre exactement le même galbe et le même volume.

Déroulé de l’intervention pour changer les prothèses

Sur le principe, un changement de prothèses suit le même déroulé et la même rigueur que la pose de prothèses mammaires initiale.

Le Dr Cornil associe toujours à son examen clinique et esthétique un bilan d’imagerie médicale, par écho – mammographie.

Il vérifie notamment l’intégrité et l’état des tissus mous entourant la prothèse.

S’il existe une altération tissulaire ou une modification de la prothèse, l’intervention chirurgicale est parfois un peu plus longue et un peu plus délicate pour respecter l’éventuelle fragilité des tissus.

Le retrait d’un implant mammaire rétro-musculaire, derrière le muscle, génère habituellement un peu plus d’inflammation, qui sera prise en charge avec un traitement antalgique adapté.

En cas de lésion tissulaire, la loge prothétique est nettoyée et si besoin ravivée.

Quels conseils lors d’un changement de prothèses mammaires ?

Deux questions se posent régulièrement, celle du délai et celle de la forme.

Il n’y a pas de règle intangible pour dire au bout de combien de temps doit-on changer ses prothèses mammaires ?

Il faut juste retenir que l’intervention doit se faire rapidement (3 mois maximum) en cas de rupture d’une prothèse, confirmée par imagerie médicale.

Dans les autres cas, la chirurgie peut se faire en préventif, 15-20 ans maximum après la pose de prothèses anciennes, ou dans les mois suivant la détection d’une anomalie.

Concernant le volume, il n’y a aucun a priori, c’est un choix à la fois esthétique et médical. Un début de relâchement peut par exemple justifier une poitrine plus grosse, pour remettre la peau en tension avec un galbe harmonieux.

Le mot du Docteur Cornil

Comme la pose initiale de prothèses mammaires, le remplacement des implants doit garantir un rendu naturel. Par définition, les indications initiales ont changé, ne serait-ce que parce que la peau a probablement vieilli.

C’est pourquoi je réexamine toujours avec la patiente ses besoins et ses envies, comme si c’était sa première intervention d’augmentation mammaire.